Rechercher dans les articles et les forums

Le processus de brasage CMT Braze+ réduit les coûts d'investissement et d'exploitation

Publié: le 21/01/2014 à 07:07 Dernière mise à jour: le 21/01/2014 à 07:07 Par: Dominique ADMIN Nombre de vues: 2250

BLACK FRIDAY SOUDURE.PRO jusqu'à -50% !
Votre magasin en ligne de postes à souder, accessoires/consommables et outillage de Soudure fait le black Friday !
Plusieurs références de postes à souder MMA INVERTER et un Poste de redressage alu et acier à -50%, de - 20% à -30% sur d'autres références : Poste à souder MIG MAG, Tronçonneuse, Perceuse à colonne... à découvrir en cliquant sur le lien ci-dessous :
https://www.soudure.pro/389-black-friday

Le processus de brasage CMT Braze+ réduit les coûts d'investissement et d'exploitation
Un brasage plus rapide grâce au processus CMT modifié

En collaboration avec le département Développement des technologies d'assemblage de la société AUDI AG,Fronius a perfectionné le processus de brasage CMT.
Grâce à une nouvelle forme de buse de gaz brevetée, le processus CMT Braze+ permet d'atteindre des vitesses de brasage encore plus élevées.
Les premières applications de ce nouveau procédé dans la construction de carrosseries d'AUDI AG prouvent que, dans des conditions de production réelles, une vitesse maximale de 3 m/min est atteinte en cas de brasage robotisé lors de la fabrication en série. Comme le processus CMT Braze+ garantit une brasure particulièrement plate et propre, il convient surtout aux domaines d'application pour lesquels l'aspect de la soudure est important.

Grâce à la forme conique extrêmement étroite de la nouvelle buse de gaz, le gaz de protection sort à grande vitesse et entraîne le pincement de l'arc électrique, ce qui accélère le brasage.
Par rapport au procédé de soudage à l'arc électrique standard, la consommation de gaz diminue de 60 % maximum pour atteindre 3 à 5 l par minute.
La vitesse d'écoulement élevée et la conception optimisée de la torche assurent, en outre, une puissance de refroidissement importante, ce qui garantit une longue durée de vie.
C'est également la raison pour laquelle CMT Braze+ coûte moins cher que les procédés utilisés jusqu'à présent, aussi bien à l'achat qu'en fonctionnement.

Grâce à ces propriétés, le processus CMT modifié s'est déjà imposé dans la pratique comme une solution plus efficace que les autres procédés : ainsi, dans le cadre de la fabrication en série de l'Audi A7,
Audi a pu non seulement augmenter la vitesse de brasage de 2,5 à 3 m/min en passant du brasage plasma au processus CMT Braze+ modifié,mais aussi réduire sensiblement les coûts.

Les faibles coûts liés à l'investissement et aux pièces d'usure ainsi que le guidage de la soudure (en option) et la reproductibilité élevée rendent le processus CMT Braze+ de plus en plus séduisant pour les applications qui utilisaient jusqu'à présent le brasage au laser.

Les détenteurs d'un Fronius CMT peuvent profiter très simplement des avantages de CMT Braze+ : dans ce cas,seuls le corps de la torche spécialement développé pour le processus et une caractéristique adaptée sont nécessaires pour pouvoir utiliser le nouveau processus.


Illustration 1 : Le processus de brasage CMT Braze+ développé par Fronius en collaboration avec AUDI AG est utilisé avec succès dans le cadre de la fabrication en série de l'Audi A7. (Source : AUDI AG)


Illustration 2 : La nouvelle torche utilisée lors du processus CMT Braze+ permet un brasage robotisé à une vitesse de 3 m/min. (Source : Fronius International GmbH)


Illustration 3 : La nouvelle forme de buse de gaz assure le pincement de l'arc électrique et permet ainsi un brasage plus rapide. (Source : Fronius International GmbH)

Vous pouvez télécharger ce communiqué de presse ainsi que les photos sur Internet à l'adresse
http://www.fronius.com/cps/rde/xchg/SID-40A9FE85-09ECC174/fronius_international/hs.xsl/79_20055_ENG_HTML.htm

Pour toute autre information, veuillez prendre contact avec :
Sabrina Roy, Tél.: +33 (0)1 39 33 12 58,
E-Mail: Roy.Sabrina@fronius.com

Veuillez envoyer un exemplaire justificatif à l'interlocuteur international:
Fronius International GmbH, Marketing & Communication,
Mme Marion Rauch, Froniusplatz 1, A-4600 Wels,
Tel.: +43(0)7242/241 2590, Fax: +43(0)7242/241 953940,
E-Mail: rauch.marion@fronius.com
Par: Dominique ADMIN

Commentaires (2)

22/01/2014 11:35:29 - fpascal-ca
Merci Dominique pour ce nouvel article. Même si l'on n'est pas directement concerné par ces techniques industrielles de pointe, c'est toujours bien intéressant de voir ce qui se fait. Bien cordialement.

27/01/2014 09:23:35 - LORDROBIN
bonjour a tous

voici une autre application ci dessous.

Anfriz Hydro passe au soudage « à froid » CMT pour le cladding de rotors
Le constructeur d’équipements pour centrales hydroélectriques Andritz Hydro a réduit de plus de 30% la durée et la consommation d’énergie des opérations de traitement de surface des rotors de turbines en remplaçant le soudage MIG et la projection thermique par le procédé de soudage à l’arc électrique CMT.


Explications.


Pour les experts de la société autrichienne Andritz Hydro, l’un des principaux fournisseurs d’équipements pour les centrales hydroélectriques sur le site de Ravensburg, développer des surfaces qui résistent à des contraintes élevées, est une condition essentielle pour atteindre des taux de rendement élevés.


Sur le site de Ravensburg, ils utilisent le procédé de soudage à l'arc électrique CMT (Cold Metal Transfer) de Fronius pour le traitement de surface des rotors de turbines et des systèmes de propulsion des navires.


Par comparaison avec les modes opératoires de soudage utilisés précédemment (MIG et de projection thermique), l’entreprise enregistre désormais une économie de plus de 30% sur les temps opératoires, l’énergie et le matériel.
Le procédé de soudage « à froid » CMT permet un transfert de matière contrôlé et quasiment sans courant. Le matériau de base fusionne en même temps que le matériau d’apport. Le fil de soudage se déplace à intervalles rapides dans le sens opposé au sens d’avancement. Ce retour de fil défini avec précision génère un égouttement contrôlé, pour un transfert de matière propre et sans projections.
Le déplacement du fil se fait à très haute fréquence et nécessite un entraînement du fil direct et réactif situé directement sur la torche de soudage. Le dévidoir principal ne pouvant pas suivre ce mouvement, la gaine de dévidoir est donc munie d’une butée de fil qui compense les mouvements de va-et-vient supplémentaires du fil. Les techniciens Andritz Hydro réalisent le « cladding » des surfaces d'étanchéité et de glissement des composants. Cette opération consiste à appliquer un revêtement de protection « noble » sur un matériau de base « moins noble » par un procédé d'assemblage thermique. Généralement, le matériau de revêtement est fortement allié, le support étant faiblement allié. Lors de la phase de « cladding », le matériau faiblement allié se mélange au matériau fortement allié dans la zone de fusion.
Les soudeurs de Ravensburg travaillent désormais avec le procédé CMT de Fronius, en remplacement du mode opératoire conventionnel MSG (soudage à l'arc avec fil-électrode en atmosphère gazeuse). Ils utilisent pour cela un générateur TransPuls Synergic 5000 CMT. Par rapport aux autres modes opératoires MSG, les caractéristiques spécifiques de ce process de soudage « à froid » CMT présentent, outre l’automatisation, les avantages suivants :


l'apport de chaleur est réduit pour une vitesse de dépôt identique ;


la pénétration et la zone de dilution n'excèdent pas 0,3 à 0,5 mm.


Auparavant, les soudeurs de la société Andritz Hydro devaient exécuter jusqu'à 6 passages de rechargement sur une même surface. Ces opérations étaient nécessaires, d'une part, pour obtenir la pénétration nécessaire et, d'autre part, pour garantir le niveau de pureté souhaité du revêtement. En évoquant son expérience pratique, Wolfgang Hartl, technicien de soudage chez Andritz, précise : « Si nous procédons au cladding du bronze sur de l'acier, avec un CMT une couche unique est suffisante au lieu de trois par le passé ».
Chez Andritz Hydro, le CMT est devenu le mode opératoire privilégié pour un cladding anticorrosion. « La caractéristique la plus importante est l'apport de chaleur moindre, ce qui signifie une dilution métallurgique et des déformations plus faibles pour une qualité de surface supérieure » confirme Bodo Gieselmann, ingénieur en soudage. « Grâce à des travaux de finition réduits, on réalise également d'autres économies. Par exemple, la rectification et l'élimination des projections de soudage ne sont plus nécessaires, ou très minimes ».