Rechercher dans les articles et les forums

Air Liquide Welding à Parthenay : tout pour souder et couper !

Publié: le 23/07/2019 à 09:04 Dernière mise à jour: le 23/07/2019 à 09:04 Par: Dominique ADMIN Nombre de vues: 1142
A Parthenay, l’histoire de cet établissement remonte à 1962. Depuis, Saf-Chainette est devenu Air Liquide Welding. Toujours dans la soudure.



I
ci, on construit des machines-robots automatisées pour le soudage et le coupage des métaux. Des machines adaptées à chacun de nos clients et fabriquées sur-mesure, si besoin. Une fois conçues dans nos bureaux d'études, les machines sont assemblées dans nos ateliers, montées sur rails, testées, puis démontées et remontées chez nos clients. Dans le monde entier. Et pas seulement dans des usines. Il nous est même arrivé d'installer une machine à souder sur un bateau !

Bruno Tugaud, le nouveau directeur du site de Parthenay d'Air Liquide Welding, est assez fier de pouvoir dire que les deux tiers du chiffre d'affaires réalisé par l'entreprise parthenaisienne le sont à l'export. Tout comme il ne se prive pas de louer le savoir-faire très technique des salariés du site.
Un site dont la spécificité est quasi unique au sein de ce groupe de plus de 2.200 salariés, adossé à un géant de l'industrie : Air Liquide (50.000 salariés, 15,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour une implantation dans 80 pays).

" On s'est adapté à un marché en baisse "

Pour autant, il admet que le contexte économique reste difficile. « C'est vrai, en 2013, nous avons dû supprimer une vingtaine d'emplois sur le site qui comptait 143 salariés. Aujourd'hui, nous sommes 110 dans l'entreprise et le marché de l'acier en Europe reste tendu depuis 2009. Il a fallu nous recaler au niveau du marché. Mais l'Asie est devenu un marché très porteur, un espoir… »

Dans les « belles années », au début des années 2000, on a compté jusqu'à 200 personnes dans les ateliers de la rue Lavoisier. Une entreprise qui continue à avoir recours à la sous-traitance locale pour la fabrication des pièces de ses machines. MSI et ABMPI au Tallud, Acno à Clavé ou CMSD à Faye-l'Abesse sont parmi les sous-traitants qui réalisent les pièces qu'Air Liquide Welding assemble ensuite dans ses ateliers. « On part de produits standards, un peu comme des briques d'assemblage, conçus et développés dans nos bureaux d'études, pour obtenir des machines automatisées de coupage ou de soudage, une fois assemblées. »

Un montage qui se fait dans les ateliers de l'entreprise. « Ici, ouvriers qualifiés et techniciens travaillent en tout petits groupes à la construction de ces machines sophistiquées. Uniquement dans la journée. » Tout comme les ingénieurs et techniciens des deux bureaux d'études.
Les clients de l'entreprise parthenaisienne ? « On travaille pour tout le monde. Pour Alsthom, dans le transport, pour Areva dans le nucléaire, pour des spécialistes du traitement des eaux, pour des entreprises qui soudent des mats d'éoliennes. Bref, pour tous ceux qui travaillent dans la chaudronnerie et ont besoin de solution de soudage ou de coupage. »

Mais pas tout à fait à n'importe quel niveau tout de même. « Nos premières machines, leur coût se situe autour de 20.000€. Mais, parfois, ça peut dépasser le million d'euros. Et demander plus d'un an de travail, de la conception au montage de la machine dans l'atelier où elle travaillera. »
Mais si le directeur est satisfait de la technicité de ses salariés, c'est un autre point qu'il met en avant. « Ici, on n'a pas eu d'accident du travail depuis sept ans. Dans une entreprise de métallurgie où le gaz est régulièrement utilisé pour souder, c'est une vraie fierté. »

Source :
http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2015/03/19/Air-Liquide-Welding-tout-pour-souder-et-couper-!-2262331
Par: Dominique ADMIN

Commentaires (0)