Rechercher dans les articles et les forums

Soudeurs scaphandriers : une nouvelle formation en Bretagne

Publié: le 29/07/2019 à 15:06 Dernière mise à jour: le 29/07/2019 à 15:06 Par: Dominique ADMIN Nombre de vues: 5586
Douze hommes se forment au métier de soudeur scaphandrier. Ils alternent les cours de soudure et les mises en situation, en plongeant en carrière.


Tous sont des plongeurs de niveau 3 au moins. Et ont décidé de combiner passion et travail, en suivant une formation de soudeur scaphandrier, initiée par le Greta (Groupement d'établissements), Cap plongée Trébeurden et le lycée Jules-Verne à Guingamp (Côtes-d'Armor). Une première palanquée de douze hommes s'est ainsi immergée dans l'apprentissage de la soudure en milieu aquatique. Un apprentissage qui s'opère par paliers, échelonnés sur douze semaines.

Filières émergentes

Ainsi, au terme de deux semaines à terre, passées dans les ateliers du lycée des métiers guingampais, les douze stagiaires ont validé leurs compétences dans le domaine industriel, sous la houlette de Jean-Jacques Boulc'h. Et obtenu leur certification professionnelle. Reste désormais aux participants à faire leurs armes, en baignant dans les eaux d'une carrière, à Bégard. Une étape placée sous la responsabilité de Cap plongée Trébeurden.

« Cette nouvelle formation s'inscrit pleinement dans le nouveau Campus des métiers et qualifications des industries de la mer, labellisé le 30 janvier », se réjouit Pascal Caro, proviseur du lycée Jules-Verne. Elle a séduit un public très hétéroclite, intéressé par les filières émergentes, telles les énergies marines renouvelables. À l'instar de Bertrand Terkowsky, gérant de la société Scaph'Eusa, sur l'île d'Ouessant, ou bien encore Yoann Gallerne, patron de l'entreprise Acro-Zénith, à Plouëc-du-Trieux, spécialisée dans les travaux sur cordes.

« Cette qualification va nous ouvrir de nouveaux horizons, confient les deux patrons. Elle nous permet d'élargir nos compétences en répondant aux demandes spécifiques en matière de travaux publics à effectuer dans les milieux aquatiques. » Une formation pour laquelle les postulants doivent se prévaloir d'un bon niveau de plongée, des facultés physiques, ainsi que des aptitudes au travail sous-marin.

Fabienne MENGUY.

Source : http://jactiv.ouest-france.fr/job-formation/se-former/soudeurs-scaphandriers-nouvelle-formation-bretagne-41580
Par: Dominique ADMIN

Commentaires (6)

22/02/2015 05:46:51 - locouarn
Bonjour,
Personnellement, comme certains gamins veulent être pompier ou cosmonaute, j'ai envisagé une filière similaire dans les années 70. C'était l'âge d'or de la Comex, j'étais jeune, plein de rêves... J'ai alors accumulé les qualifications requises pour entrer au CETRAVIM à Marseille, passage obligé à l'époque.
J'ai passé le permis bateau, un CAP (requis) en plus du bac, passé le 2ème échelon de plongée (entre actuels niveau 3 et niveau 4).
Je me suis "libéré des obligations militaires" dans une section de franchissement du génie et regardé du côté de la formation de "PAF" (Plongeur d'Aide au Franchissement :D)...
Et puis j'ai eu l'âge de réfléchir aux vraies contingences du métier... et de la vie. Un boulot difficile, dans des conditions de sécurité parfois précaires, et le plus souvent mal payé.
Je crains que la situation n'ait encore empiré avec les conditions économiques actuelles. Il faut vraiment avoir une passion énorme pour dépasser ces inconvénients.
Et puis les bonnes qualifications sont toujours précieuses. Bravo à eux !

05/06/2018 10:16:01 - laurent83
bonjour , pour avoir passé 20 ans comme scaphandrier , j'ai du faire trois cordons de soudure , généralement les gens qui partent dans ces formations ne sont déjà pas soudeurs terrestre , alors comment veux tu suivre un cordon de soudure sous l'eau avec l’hydrogène que ça dégage ( bulles ) , sans être capable de faire un cordon propre en surface , et sans avoir les fondamentaux , et généralement ceux qui t'envois a l'eau sont encore moins soudeur ..... ce qui est sur , c'est qu 'il y a de l'argent dans la formation , et des petits malins on trouvés le filon pour le capter ( cet argent ) , il y a tant a dire ....laurent

05/06/2018 15:21:17 - La Bete
@laurent83: le viaduc rose me rappelle quelque chose...
C'est vous qui l'avez soudé ?

05/06/2018 16:48:21 - ricou26
Bonsoir :)

le viaduc de Garabit est un ouvrage assemblé par rivet non soudé
Fer Puddlé riveté
cordialement Ricou26:)


Viaduc de Garabit — Wikipedia

06/06/2018 04:18:05 - locouarn
Envoyé par laurent83
bonjour , pour avoir passé 20 ans comme scaphandrier , j'ai du faire trois cordons de soudure , généralement les gens qui partent dans ces formations ne sont déjà pas soudeurs terrestre


Bonjour,
Vous mettez le doigt sur le point important. Scaphandrier n'est pas en soi un métier mais une technique de mise en œuvre d'un autre métier. On ne peut pas apprendre à un scaphandrier à souder, faire de la mécanique, de l'hydraulique, de la biologie, de l'archéologie, etc. Mais il est (relativement) plus simple d'apprendre à un de ces spécialistes à plonger. C'est pourquoi à l'époque on demandait d'avoir une qualification pour entrer dans une formation de plongeur.
Cordialement.

06/06/2018 04:18:39 - La Bete
@ricou26: c'était pour plaisanter, il est à 20 bornes de chez moi, je sais comment
il est assemblé.