Rechercher dans les articles et les forums

méthode de rechargement et usinage d'un arbre (électrode selectarc HB25)

Publié: le 18/07/2019 à 20:10 Dernière mise à jour: le 18/07/2019 à 20:10 Par: presto 140 Nombre de vues: 3599
Bonsoir,

Je vais apporter ma petite contribution concernant la réparation par rechargement, ici un arbre de tonne à lisier.

Travaillant dans la maintenance, je suis parfois confronté à devoir réparer des portées de joints sur arbre, soit à lèvres (spi) soit du type "presse-étoupes" dont c'est le cas ici.
Dans le cas d'arbre en acier non trempé, j'utilise avec succès l'électrode enrobée HB25 de de la marque SELECTARC.

maintenant, place aux images:

Voici la portée à réparer, l'acidité du lisier a bien œuvré en générant une corrosion caverneuse !





étape 1 :
ci-dessous, blanchiment de la zone à recharger par meulage ou usinage




C'est à ce moment là que je fais un test de dureté avec une simple lime de chaîne de tronçonneuse.
Je compare l'essai avec d'autres nuances d'aciers que j'ai sous la main (S235, C45, 30cnd8, arbre trempé dur de boites à vitesses), c'est un peu la méthode du pauvre mais ça marche plutôt bien.

étape 2 :

rechargement en passes étroites pour une compacité maximale





étape 3 :
usinage et polissage




passage au tour à métaux, "polissage" au papier à l'eau 1100, on peut aller plus haut si on veut.

Pour en revenir à la HB25, elle mérite à être plus connue, la dureté de 250 HB est intéressante, la qualité du dépôt (exempte de défaut de compacité) et son usinabilité sont remarquables.

A ce jour, je ne connais pas d'équivalence dans les autres marques.


Voici les caractéristiques du matériel et réglages:

- générateur: EWM picotig 180

- électrodes: Ø 2,5 (pour limiter l'apport d'énergie)

- intensité: ce n'est qu'une base, 87A à la 1ère passe, puis 85A à la seconde, puis tout le reste entre 83 et 80, (à 1 ou 2 ampères près ça doit être çà).

Dans la pratique, c'est le comportement du bain qui me donne le bon réglage.

Pour info, la HB25 a un amorçage «explosif», comparable à la G48N, c'est rassurant, je préfère comme ça que le contraire!

La difficulté de cette pièce est de ne pas connaître sa nuance, le taillage de la denture est soigné, de plus elle est rectifiée, je suis parti dans l'idée ( mais peut-être que j'ai tout faux) qu'elle a subi un traitement superficiel localisé genre par induction (car le noyau est mou), donc je me suis obligé de ne pas monter trop haut en t° au niveau de la denture.

Après un préchauffage, je commence le rechargement qui va durer 6h! (de 7h30 à 13h30), entre chaque passe je continue à bosser sur mes autres travaux donc je n'ai au final aucune perte de temps!

Une fois le travail fini, refroidissement dans une auge de maçon remplie de sable (méthode à pas cher). Le lendemain, usinage.

Cordialement,

David
Par: presto 140

Commentaires (5)

13/11/2017 19:58:54 - arnaud72
Bonjour,

Merci pour ce retour très instructif sur l'utilisation des électrodes HB25 qui ne sont pas si souvent utilisées et qui du coup ne sont pas souvent distribuées en fourniture industrielle.

Par contre, quasiment tous les grand fabricants de métal d'apport proposent des électrodes de rechargement équivalentes c'est à dire avec 0,1 à 0,2% de carbone et 1 et 3% de Chrome pour avoir une dureté d'environ 250HV. Chaque fabricant a ses spécificités donc c'est difficile de garantir une équivalence à 100% pour ce genre d'électrodes.

Chez SAF par exemple, c'est la Safer R400 qui ressemble le plus à la HB25. Il faut dire que le nom chez SAF est trompeur car elle a en fait une dureté de 260 HV à l'état brut de soudage et ce n'est qu'après trempe que l'on peut obtenir 400HV
A noter que cette dureté peut être plus élevée que cela si l'on recharge des aciers d'arbre de transmission qui sont souvent à environ 0,4% de Carbonne car après usinage on ne garde qu'une faible épaisseur de métal déposée qui aura eu une certaine dilution avec le métal de base.

Pour le test de l'acier à réparer, le test à la lime est intéressant mais ça ne donne qu'une idée de la dureté en surface alors que finalement ce qui compte le plus c'est le taux de carbonne ou son équivalent qui va déterminer la trempabilité. Je préfère conseiller le test du meulage et de l'observation des étincelles pour différencier un acier bas carbonne soudable sans préchauffage d'un acier à 0,4% de carbonne qui devra être préchauffé. En plus pour quelqu'un de pas très expérimenté comme on peut en trouver chez les agriculteurs qui réparent leur matériel, je trouve que la différence est plus nette avec les étincelles qu'avec la lime si l'acier n'a pas eu de traitement thermique. Dans les deux cas, c'est de procéder par comparaison avec des échantillons connus comme vous le dites.

Je me demandais si le fait que vous n'ayez pas utilisé des électrodes de réparation de type 29/9 (ou Castolin 680) souvent utilisées pour ce genre de chose était uniquement lié à leur prix nettement plus élevé ?
Sinon, elles auraient assuré une meilleur résistance à l'oxydation ce qui semblait intéressant dans ce cas. Elle déposent un métal de dureté semblable mais qui résiste un peu mieux à l'abrasion et peuvent aussi s'usiner (un peu moins facilement). Du fait que leur métal austéno ferritique n'est pas trempant, on peut souvent éviter le préchauffage. Enfin elles ont un métal qui a une bonne fluidité ce qu'on recherche souvent en rechargement.

Cordialement

13/11/2017 20:38:37 - Dominique ADMIN
Bonsoir Arnaud72

Content de vous revoir parmi nous !
J’espère que vous allez bien.
Bonne soirée

Bien cordialement

16/11/2017 09:30:49 - gerald 13
bonjour a tous
joli article technique intéressant de presto 140 et bien compléter
par Arnaud72
merci a vous
Cordialement

24/11/2017 14:17:24 - presto 140
bonjour arnaud72,

Pour l'électrode safer R400, c'est dommage qu'elle n'existe pas en 2,5, sinon elle aurait aussi fait l'affaire.
Il y a aussi la esab "OK 83.28" mais l'enrobage est basique, ça nécessite l'étuvage.
Quand j'avais fais les recherches sur l'électrode idéale pour le surfaçage sur arbre, c'est-à-dire une rutile en 2,5 avec le meilleur rapport "dureté/usinabilité", j'avais choisi la selectarc HB40, mais quand on m'a fait un devis à 300 euros TTC l'étui, je me suis rabattu sur la HB25.
On peut aussi utiliser la 312 mais elle coûte un bras et en plus elle est un peu galère à usiner dans le cas où l'on recherche un état de surface très lisse ou une côte précise et constante, mais c'est faisable avec les bons outils.
Autre chose, j'avoue que je suis pointilleux:)

David

24/11/2017 18:08:37 - gildas56
BONJOUR ARNAULT JE suis tres content de votre retour sur le site , j,ai vendu mon saf presto 180 pfc pour le fronius transpocket 180 qui me donne entiere satisfaction , son poids est plus lourd que le presto 180, donc moins pratique pour les soudure en hauteur , cordialement