Glossaire - Lettre F

Publié: le 20/02/2019 à 12:39 Dernière mise à jour: le 20/02/2019 à 12:39 Par: SavoirFer Nombre de vues: 223
Glossaire - Lettre F
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9
Facteur de marche
Régime d’utilisation maximum d’un poste de soudage pendant 10 minutes à température ambiante de 40°C.
C’est le rapport entre la durée ou l’appareil de soudage débite (fonctionnement en charge) sur la durée totale du cycle complet.
Ce rapport fixe le temps de fonctionnement à puissance maximum que peut supporter un poste sans risque de détérioration par échauffement.
Ex : Un poste qui soude à 100 Ampères avec un facteur de marche de 60% signifie qu'il soude pendant 6 minutes par cycle de 10 minutes (avec donc 4 minutes d’arrêt) à température ambiante de 40°C.
Ex : Ce même poste qui soude à 140 Ampères avec un facteur de 100% signifie qu'il soude 10 minutes sur 10 à 140 A.
Et donc qu'il ne se mettra jamais en sécurité à cette intensité à température ambiante de 40°C.
Les valeurs du facteur de marche se trouvent obligatoirement sur la plaque signalétique du générateur.
Pour en savoir plus : Comment lire la plaque signalétique ?

Faisceau d'électrons
Procédé 51 selon ISO 4063. Qui se décline en 3 spécialisations 511, 512, 513.Soudage par transformation en chaleur de l’énergie cinétique des électrons produits et formés dans un canon à électrons en focalisant le faisceau sur le plan de joint des pièces à souder.
Au point d’impact du faisceau, il se forme un point liquide tubulaire qui lors de la solidification forme le joint soudé.
Pour en savoir plus :
Qu'est ce que le soudage par faisceau d'électrons (procédé 51 selon ISO 2553) ?
511, 512, 513.

Faisceau laser
Voir laser



Fabrication additive
Procédés permettant de recréer physiquement des objets 3D, décrits par des modèles de conception assistée par ordinateur (CAO). La fabrication additive (ou impression 3D) est réalisable dans de nombreux matériaux (métal, céramique, résine, plastique…) et ceci sans outillage, sans partir d’un bloc de matière première, et dans un temps de mise en œuvre beaucoup plus court que la fabrication par les techniques classiques

FAO
Fabrication Assistée par Ordinateur

Fonte à graphite lamellaire
Alliages ferreux contenant conventionnellement plus de 2,1 % de carbone et dans lesquels le graphite libre est principalement présent sous forme de lamelles. Leur cassure présente un aspect allant du gris clair au gris foncé. La microstructure lamellaire donne aux fontes GL une excellente coulabilité et une bonne absorption des vibrations mais les rend fragiles.

Fonte à graphite sphéroïdal
Fonte dans laquelle, par suite d’un traitement avant moulage (ajout de magnésium dans la fonte liquide), le carbone est en majeure partie présent à l’état de particules de graphite de forme sphérique. Ceci est dû au fait que le magnésium s’évapore mais provoque une cristallisation rapide du graphite sous forme de nodules. Cette micro-structure donne à la fonte certaines des caractéristiques mécaniques des aciers. Si la fonte est maintenue en fusion après l’ajout de magnésium, elle perd les spécificités des fontes à graphite sphéroïdal au bout d’une dizaine de minutes.

Fonte à graphite vermiculaire
Fonte dans laquelle le graphite se trouve sous une forme comprise entre les lamelles et les sphères. Cette microstructure particulière est obtenue par l’ajout de magnésium à teneur plus faible que pour les fontes à graphite sphéroïdal (généralement de l’ordre de 0,020 % contre 0,035 % a minima pour les fontes GS). Il est également possible d’obtenir ce type de fonte en partant d’une fonte à graphite sphéroïdal et en bloquant la transformation des germes de graphite par apport de très faibles doses de titane. La microstructure des fontes vermiculaires allie les avantages de la fonte GL sans les inconvénients et les avantages de la fonte GS. Le principal désavantage est la difficulté d’obtenir la structure souhaitée et de contrôler que l’on a bien obtenu cette structure.
Par: SavoirFer

Commentaires (0)