Glossaire - Lettre A

Publié: le 26/02/2019 à 15:43 Dernière mise à jour: le 26/02/2019 à 15:43 Par: SavoirFer Nombre de vues: 440
Glossaire Lettre A
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9
About Extrémité d'une pièce préparée ou usinée en vue d'être assemblée à une autre pièce.

Abouter
Assembler bout à bout

Abraser
User par frottement. Poncer, limer, polir...

Abrasif
Substance qui par sa dureté élevée permet d'user par frottement (corindon, alumine, carbures...).
Cette substance peut être agglomérée (meule), en poudre, liquide ou collée sur textile ou papier (bande de polissage).
Pour en savoir plus : Les disques de meuleuse : choisissez le bon modèle !

Acétone
Composé organique hautement inflammable dans lequel de l'acétylène est dissous afin qu'il soit stocké et transporté en toute sécurité.

Acétylène
Carbure d’hydrogène de formule chimique C2H2.
Gaz inflammable, incolore, d’odeur éthérée désagréable, non toxique, produit par la réaction de l’eau sur le carbure de calcium, pouvant être liquéfié par compression, soluble dans l’acétone.
En métallurgie, il est utilisé dans les opérations suivantes :
· Soudage oxyacétylénique
· Oxycoupage
· Chauffes locales
Son pouvoir calorifique est très élevé.
Pour en savoir plus :
Qu'est ce que le brasage et le soudage à la flamme oxyacétylénique ?

Aciculaire
structure dont les constituants micrographiques apparaissent en forme d'aiguilles sur une coupe métallographique.

Acier
Alliage métallique de fer (élément principal, métal de base) et de carbone et éventuellement des éléments d’addition dits éléments d’alliages (métalliques ou non) susceptible d’acquérir par traitement mécaniques et thermiques des propriétés très
variées.
Le pourcentage de carbone peut varier entre les limites théoriques de 0,05 à 1,7% (limite qui sépare l’acier
des fontes). L’acier peut être obtenu à partir :
• De la fonte liquide élaborée dans les hauts fourneaux
• A partir de ferraille de récupération fondue dans des fours électriques
Anglais : Steel
Pour en savoir plus : La désignation symbolique européenne des nuances d'aciers

Acier duplex
Acier inoxydable ayant une structure biphasée composée de ferrite complétée de 40 à 60 % d’austénite (on parle d’acier austéno-ferritique).
Sa solidification se fait d’abord en alliage ferritique (ferrite delta) suivie d’une transformation, en phase solide, en alliage austénitique. La présence des deux phases de microstructure garantit une plus grande résistance aux piqûres et la fissuration par corrosion en comparaison avec les aciers inoxydables classiques.

Acier inoxydable
Aciers auxquels on ajoute du chrome et d’autres éléments, notamment du nickel, mais aussi parfois du molybdène et du vanadium, afin d’améliorer la résistance à la corrosion.

Acier maraging
Aciers obtenus par un revenu après trempe leur permettant de conjuguer une importante résistance et dureté tout en gardant une bonne ductilité.
Ils se distinguent notamment par le fait que leur résistance n’est pas due uniquement à leur teneur en carbone, mais est liée à la présence de précipités intergranulaires.
Maraging est un mot-valise de « martensitic ageing », c’est-à-dire maturation de la martensite.

AFPA
Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes

AFPI
Association de formation professionnelle de l'industrie.
Rebaptisée aujourd'hui "Pôle formation des industries technologiques".

Agrafage
Union des bords de tôles s’effectuant par des pliages multiples au moyen de machines spéciales qui permettent l’emboîtage et le sertissage.
Ce procédé s’applique aux métaux en recourant à des feuilles de faibles épaisseurs (jusqu’à 1,5 mm). Il n’offre aucune
garantie d’étanchéité.
Principalement utilisé en fumisterie, en ferblanterie, en petite cuivrerie, il l’est de moins en moins en tôlerie.
L'agrafage est aussi synonyme de pointage en soudage.
Pour en savoir plus : Voir Pointage

Alliage à durcissement par précipitation
Alliage composé d'une matrice de métal généralement tendre, solidifiée par des particules finement divisées de substances dures formant une combinaison de résistance et de ductilité.

Alumine
Pellicule d'oxyde se trouvant à la surface d'une pièce en aluminium et ayant un point de fusion élevé (2020°C).
Cette pellicule est bénéfique car elle assure une protection naturelle de la surface, mais elle est très gênante en soudage.
C'est pour cette raison que l'aluminium et ses alliages sont soudés en courant alternatif en soudage TIG (141), et en CC+ en soudage MIG (131), ce qui permet l'éclatement de cette couche pendant le soudage.
L’alumine peut être utilisée comme réfractaire, comme abrasif (corindon), …

Aluminium
Symbole chimique (Al), métallurgique (A). Il est obtenu à partir du minerai de bauxite.
Métal blanc de faible densité (2,7) fondant à 658°C, très malléable, très bon conducteur de la chaleur et de l’électricité, de faible résistance mécanique et s’altérant peu à l’air (se recouvre d’une couche superficielle d’oxyde, l’alumine, qui le protège de la corrosion).
En soudage manuel de l'aluminium on utilise principalement le TIG (141) et le MIG (131).
Comme élément d’addition dans les aciers, il est utilisé pour les calmer et il permet d’affiner le grain (aciers à grains fins à bonnes propriétés de résilience).
Pour en savoir plus :
Comment réaliser le soudage TIG et MIG de l'aluminium et de ses alliages ?
Les procédés de soudage 131 et 141

Aluminothermie
Soudage aluminothermique.
Procédé 71 selon ISO 4063.
Procédé de soudage par fusion dans lequel la chaleur nécessaire au soudage est fournie par la réaction exothermique d’un mélange d’oxydes métalliques avec une poudre d’aluminium.
Le métal liquide résultant de cette réaction constitue le produit d’apport.
Pour en savoir plus : Aluminothermie : Qu'est ce que le soudage aluminothermique (procédé 71) ?

Ampèremètre
Appareil servant à mesurer l’intensité du courant à l’intérieur d’un circuit électrique.

Anodisation
Procédé électrolytique d’oxydation dans lequel la couche superficielle d’aluminium ou d’alliage d’aluminium est transformée en une couche d’alumine ayant des propriétés protectrices, décoratives ou fonctionnelles.

Anti-retour pare flamme
Dispositif installé sur les tuyaux en amont du chalumeau, et qui prévient les explosions que peut provoquer l’allumage des gaz dans les tuyaux de l’équipement de coupage ou de soudage oxygaz ou aérogaz.
Les nouveaux chalumeaux peuvent avoir des dispositifs anti-retours de flamme intégrés, ce qui élimine le besoin d’un dispositif externe.
Pour en savoir plus :Qu'est ce que le brasage et le soudage à la flamme oxyacétylénique ?

Apothème
Synonyme de gorge en soudage.
Pour en savoir plus : Mesures d'un cordon d'angle (symétrie de cordon et épaisseur de gorge ou apothème)

Apport de chaleur
L'apport de chaleur Q est généralement défini par la formule Q = k * ( (U * I) / v ) avec U: Tension l: Ampérage v: Vitesse d'entraînement k: rendement thermique. L'apport de chaleur est habituellement mesuré en kJ/mm.
Cependant, une partie de l'énergie générée par l'arc ne parvient pas à atteindre le bain de fusion à cause des pertes par rayonnement.
Dans la formule susmentionnée, ces pertes sont prises en compte par le facteur k, lequel dépend du type de procédé de soudage utilisé.
Les facteurs d'efficacité thermique de différents procédés de soudage sont les suivants: Arc submergé: k = 1,0 MIG, MMA et FCAW: k = 0,8 TIG et plasma: k = 0,6

Arc (soudage à l')
Tous les procédés de soudage manuels, automatisés ou robotisés, utilisant un arc électrique.
Appellation ancienne du SAEE, encore très usitée aujourd'hui.Pour en savoir plus : Les procédés de soudage selon ISO 4063

Arcair
Procédé de coupage et de gougeage à l'arc, inventé et mis au point par la société ESAB.
Procédé 821 et 871 selon ISO 4063.
Pour en savoir plus :
Le gougeage et le coupage à l'Arc-Air
Comment utiliser un équipement de gougeage ARC-AIR avec électrode carbone ?

Arc électrique
Décharge de courant à forte intensité à travers un gaz induisant une température élevée et une vive lumière et se produisant entre deux électrodes (anode et cathode).
La cathode émet des électrons qui sont attirés par l’anode.
L’arc électrique atteint une température de l’ordre de 3000°C.
Il existe de nombreuses applications en soudage à l'arc électrique manuel : TIG , MIG/MAG, à l’électrode enrobée, …

Arc sous flux (soudage à l')
Voir Arc submergé (soudage à l')

Arc submergé (soudage à l')
Soudage à l'arc sous flux.
Procédés 12 selon ISO 4063. Qui se décline en 5 spécialisations : 121, 122, 124, 125, 126.
Pour en savoir plus :
Le procédé de soudage sous flux en poudre avec fil électrode (ASF/121)
Quelques principes et préparations pour le soudage sous flux en poudre (121)
Comment souder deux tôles en acier doux en T de 10 mm position gouttière avec le procédé de soudage ASF/121/SAW ?
La fabrication schématisée et le soudage automatique arc submergé sous flux de fûts d'éolienne par ESAB

Arc tournant (soudage à l')
Procédé 185 selon ISO 4063.
Soudage autogène sans métal d’apport, bout à bout, par pression s’appliquant à tous les profilés fermés (section tubulaire).
Le soudage en bout par pression est la variante la plus utilisée.
L’arc se déplace entre les pièces à assembler sous l’effet d’un champ magnétique généré par une bobine.
Après allumage de l’arc électrique, l’action de l’induction magnétique engendre un effort qui fait tourner l’arc entre les extrémités en regard des pièces à assembler.

Argon
Symbole : Ar.
Gaz inerte, incolore, inodore et non toxique, extrait de l’air (rare : environ 1%) et utilisé pour la protection du bain de fusion en soudage (gaz inerte).
Peut être utilisé pur (procédé TIG ou MIG) ou entrer dans la composition des mélanges gazeux (MAG).
Pour en savoir plus : Gaz de soudage

ARMCO (fer)
Fer très pur à 99,9%.

Arrachement lamellaire
L'arrachement lamellaire est une décohésion qui peut se produire sous la peau de la soudure en particulier dans les tôles d'acier laminé assemblées par soudage, soumises à des forces de traction importantes dans le sens de l'épaisseur.
Pour en savoir plus : Défaut de soudage : L'arrachement lamellaire

ASA
Abréviation de "American Standard association"

ASAP
Association pour la Sécurité des Appareils à Pression.
Organisme habilité pour les activités de contrôle.

ASME (Code)
American Society of Mechanical Engineers.
Comité destiné à élaborer des normes pour la construction de chaudières à vapeur et autres appareils à pression.
Consignés dans un code (ASME constitué de différentes sections : I à XI), des règles sont établis afin de calculer, fabriquer et inspecter les chaudières et appareils à pression.
Pour en savoir plus :
Comparaison succincte entre la norme NF EN ISO 15614-1 et le code américain ASME IX
Le groupement codifié des métaux d'apport selon le code ASME IX - F-Numbers
Le groupement codifié des matériaux de base selon le code ASME IX - P Numbers

Asphyxie
Ensemble des troubles dus à une difficulté ou un arrêt de la respiration et qui produisent un manque d’oxygène dans l’organisme.

Assemblage
Opération par laquelle sont réunies des pièces destinées à former un tout.
Dispositif constructif permettant de relier, de joindre plusieurs pièces, sous-ensembles (par soudure, vis/écrou, rivetage, collage, bridage...).
L’assemblage peut se faire à froid (boulonnage, rivetage, goupillage, ..), ou à chaud (soudage, brasage).
L’assemblage peut être démontable, articulé, provisoire ou permanent (non démontable), et se faire avec ou sans l’action d’un composant.

ASTM (Normes)
American Society for Testing and Materials .
Normes qui définissent des standards relatifs aux matériaux, à leurs propriétés et aux tests dont ils doivent faire l’objet.
Ces standards sont très souvent pris en compte par les fabricants de matériaux dans leurs tests et l’établissement de leurs certificats matières.

Asymptote
L’asymptote est tangente à la courbe à l’infini.
Ligne dont les différents points d’une courbe s’approchent de plus en plus à mesure que le point de la courbe s’éloigne à l’infini, sans jamais l’atteindre.

Asynchrone
Qualifie un moteur électrique à courant alternatif, dit aussi moteur d’induction, dont le rotor, non relié à une source de tension, est entrainé par le champ magnétique tournant que crée le stator.

Atacamite
Minerai de cuivre

Atelier
Pour en savoir plus : Comment aménager et équiper un atelier de soudeur et de bricoleur averti ?

A-TIG (Procédé)
Procédé TIG avec apport d'un flux activant en surface dans la zone du joint, qui engendre des réactions métallurgiques au niveau du métal fondu.
Le but est l'amélioration de la vitesse de soudage et de la pénétration.
Procédé récent et peu répandu qui ne fait pas l'objet d'un numéro particulier selon ISO 4063.

Atome
Constituant élémentaire de la matière.

Attache à levier
En isolation industrielle, système articulé assurant l’assemblage par serrage des parties démontables.
Synonyme : grenouillère, attache capot, loqueteau, boucle de rappel.

Austénite
Solution solide de fer ayant une structure cubique à faces centrées, dite aussi fer gamma.
Constituant micrographique des aciers, notamment de certains aciers inoxydables.

Austénitique
Se dit d'un acier qui contient de l'austénite

Austénisation
Traitement thermique par lequel l’acier est amené à une structure austénitique homogène.

Austéno-ferritique
Voir aciers inoxydables

Auto-inflammation (Température d')
Température minimale à laquelle une substance s’enflamme spontanément au contact de l’air, et à laquelle la combustion se poursuit sans qu’il y ait une source d’inflammation (flamme ou étincelle).
Ne pas confondre point d’éclair et température d’auto-inflammation.

Auto-revenu
Revenu spontané d’une structure trempée (Ex : martensite) au cours de la trempe.

Auto-trempant (acier)
Acier dont la trempabilité est telle qu’un refroidissement à l’air permet
de conférer une structure martensitique à des pièces de dimensions importantes.

Autogène (soudage)
Le soudage autogène réalise la continuité métallurgique de 2 pièces, par l'assemblage de métaux de même composition, avec un métal d'apport de composition similaire et de même température de fusion, ou éventuellement sans métal d'apport.

Automatique
Qui fonctionne par des moyens mécaniques, selon un programme pré-établi et sans intervention humaine.

Automatisme
Système automatique de commande.
Suite d’actions s’enchaînant d’elles-mêmes sans intervention extérieure.

Auto-trempe
Austénitisation d’une partie ou de l’ensemble d’une pièce métallique et refroidissement par conduction et/ou par refroidissement à l’air conduisant à une structure trempée.

Avarie
Toute défaillance dont la cause est reconnue imputable au matériel.
Une avarie entraîne une intervention de maintenance corrective non programmée.

Avivage
Polissage en vue de réaliser des surfaces très brillantes, généralement à l’aide de disques en cuir, feutre ou tissus, recouverts de produits de polissage.

Avoyage
Terme désignant l’inclinaison des dentures de scie.
L’avoyage standard consiste en une inclinaison d’une certaine valeur d’un coté tandis que la suivante est incliné de la même valeur dans le sens opposé.

AWS
American Welding Society

Axe
- Ligne droite idéale matérialisant une direction.
En dessin, c’est une ligne de référence sur laquelle s’ordonne la construction.
- Pièce mécanique cylindrique, rectiligne autour de laquelle tourne une ou plusieurs autres pièces.

Azote
Symbole : N2. Principal composant de l’air (78%).
Gaz non réactif, incolore et sans odeur, il n’entretient pas la vie.
Du fait de son faible coût, il peut être utilisé en protection envers des soudures.
Ajouté à l’acier, il augmente la résistance à la traction et la dureté mais diminue la ductilité et la résilience.
Pour en savoir plus :
Quelles sont les couleurs des ogives des bouteilles de gaz selon NF EN 1089-3 ?
Comment réaliser la protection gazeuse à l'envers du joint des soudures ?

Azurite
Minerai oxydé du cuivre.










Par: SavoirFer

Commentaires (0)