S'inscrire

Follow us on Facebook



  • LES SOUDEURS QUALIFIÉS, UNE QUALITÉ OU UN MAL NÉCESSAIRE?

    Gérer l’art de la soudure de manière vérifiable

    Les dictionnaires contemporains définissent parfois ‘la vertu’ comme ‘agir et penser correctement’ ou ‘répondre à une norme de ce qui est juste’. En matière de technique de soudure, l’utilisation de soudeurs qualifiés est donc une vertu, une qualité. Les soudeurs qualifiés maîtrisent l’art de la soudure au travers de leurs compétences et de leurs connaissances et ce, d’une manière vérifiable.



    LES NORMES ISO

    Que vous produisiez une simple construction soudée ou que vous construisiez une plate-forme offshore, la philosophie de l’assurance qualité est la même: donner au client ce pour quoi il paie, et faites-le correctement du premier coup.
    La traduction sur le plan de la technique de soudure de ce principe, on la retrouve dans la série de normes EN ISO 3834.
    Ces normes sont la traduction pratique de la norme de qualité garantie EN ISO 9001 en matière de technique de soudure.

    QUALIFICATION DE SOUDAGE

    Les propriétés mécaniques d’une soudure ne peuvent (malheureusement) pas être montrées sans méthode non destructrice, ce qui fait que la soudure fait partie de la catégorie des ‘procédés spéciaux’ dans la terminologie de l’EN ISO 9000.
    La qualité d’une soudure est prévisible à condition que les variables soient connues.
    Et cette qualité ne peut être obtenue que si tous les facteurs influents sont contrôlés pendant la production.
    Il est donc évident qu’une exigence particulière est imposée aux opérateurs d’une soudure: les soudeurs.
    Les soudeurs doivent être qualifiés pour le travail qu’ils effectuent. Dans cette optique, au niveau international, c’est l’ensemble des normes EN ISO 9606 qui sont prises en compte.

    Formation, éducation et expérience

    Dans l’avant-propos de la norme EN ISO 9606, on peut lire que la formation, l’enseignement et l’expérience industrielle des soudeurs sont très importants.
    Le soudeur doit avant tout disposer de compétences manuelles et doit démontrer via ses compétences qu’il sait bien souder.
    Mais la profession de soudeur ne signifie pas seulement que les compétences manuelles doivent être démontrées.
    En fait, le soudeur doit aussi posséder des connaissances techniques et des informations générales sur tous les aspects d’une formation en soudage (WPS).
    Il doit clairement en connaître le contenu et la signification.
    La norme EN ISO9606 comprend un ensemble de règles techniques pour la qualification des soudeurs avec pour but, d’une part, la qualification systématique des soudeurs et d’autre part, l’organisation de l’acceptation uniforme de ces qualifications, indépendamment du type de produit, du lieu d’exécution, de l’inspecteur ou de l’organisme d’inspection.

    Test de soudure

    Le principe des qualifications de soudeurs est simple: après avoir réussi un test de soudure, le soudeur est qualifié tant pour toutes les activités de soudure en production dans la même situation que le test, que pour toutes les autres conditions qui sont supposées être plus simples.
    Autrement dit, celui qui peut souder une couture verticale en coin sur une plaque, pourra aussi le faire en positions de soudure sous la main et même sur des tubes de plus grand diamètre.
    Le raisonnement derrière cela est qu’une position de test difficile qualifie aussi les positions de soudure plus faciles (mais pas le contraire) et que les tests sur plaque sont aussi valables pour des tubes d’un diamètre à partir de 500 mm (car ce rayon de courbure est aussi facile à souder qu’une plaque plate).

    Les variables essentielles

    La qualification des soudeurs dépend en fait de variables ‘essentielles’, comme définies par la norme EN ISO 9606: procédé de soudure, type de produit (plaque, tube), type de couture (en coin, jointe bout à bout), dimensions, type de matériau ajouté, position de soudure et détails d’exécution.
    Pour chacune de ces variables, un objectif de qualification est défini.
    Lorsqu’un soudeur doit souder en dehors d’une qualification, un nouveau test de qualification doit être effectué. Toutes ces données sont reprises sur le certificat de qualification du soudeur.

    SOUDEUR OU OPÉRATEUR DE SOUDAGE

    Selon la norme EN ISO 9606, pour la qualification des soudeurs, l’accent est mis sur les compétences manuelles en matière d’électrode de soudure, de torche de soudure et de pistolet de soudure, pour arriver à une soudure réussie.
    Il s’agit ici de procédés de soudure uniquement manuels ou en partie automatisés.
    Pour les soudures entièrement mécanisées et pour les soudures automatisées, on ne parle plus d’un soudeur, mais d’un opérateur de soudage et alors, ce sont les règles de la norme EN ISO 14732 qui sont applicables.

    UNE VALIDITÉ LIMITÉE

    La qualification d’un soudeur est limitée dans le temps.
    Sur une période de six mois, il va devoir être démontré de manière irréfutable qu’un soudeur effectue encore régulièrement des soudures dans son secteur de qualification.
    L’idée qui se cache ici, c’est que les compétences manuelles d’une certaine qualification peuvent se perdre dans une période de six mois. Cela n’a donc pas de sens de donner à un soudeur un large éventail de qualifications qu’il ne peut entretenir.

    LES CONTRE-ARGUMENTS

    Souvent, les soudeurs ne sont pas ou insuffisamment qualifiés en raison des coûts qui sont liés à de telles qualifications, ou du risque que ces soudeurs quittent l’entreprise, une fois qu’ils sont qualifiés.
    Cela fait penser à une vieille blague où deux directeurs parlent de la formation de leur personnel et l’un demande: “Oui, mais que se passe-t-il si nous formons notre personnel et qu’ensuite, ils partent?“», et l’autre répond: “Que se passe-t-il si nous ne faisons rien et qu’ils restent tous?“

    La qualification de soudeur n’est pas seulement un mal nécessaire

    Dès que la direction d’une entreprise comprend l’influence qu’a un soudeur sur la qualité finale et sur le coût d’un produit, la qualification des soudeurs est prise plus sérieusement en compte.
    Alors, le mal nécessaire de la qualification, prescrite par le contrat avec le donneur d’ordre et toutes les normes et réglementations laisse rapidement la place à la qualité d’avoir de bons soudeurs qui mènent à bien rapidement, en sécurité et de manière rentable, un travail de soudure.

    COMMENTAIRES

    Il y a cependant quelques restrictions quant à la qualification des soudeurs en général.
    Une qualification en soudure est le résultat d’un instantané, à savoir le moment où l’ouvrier réussit un test.
    Cette qualification n’est pas toujours une garantie de soudure réussie en production, lorsque le soudeur n’a pas d’expérience.
    Lors du recrutement de soudeurs, on a très souvent un mauvais aperçu de leur expérience professionnelle.
    Passer un nouveau test peut aider à mieux comprendre.

    Qualifications frauduleuses de soudeur

    N’oubliez pas non plus qu’il circule aussi souvent des qualifications frauduleuses de soudeurs.
    Les risques sont alors pour le constructeur s’il devait s’avérer que le niveau indiqué sur la qualification n’est pas le bon.

    Une formation permanente

    Et enfin, il faut tenir compte de l’évaluation du test de soudage. La pièce a au moins 200 mm de longueur et la soudure doit atteindre le niveau de qualité B, selon la norme EN ISO5817.
    Une pièce réussie qui est souvent soudée dans des conditions idéales (cabine de soudure, table de soudure et chaise), n’est pas encore une garantie d’une soudure en production et encore moins que toute la longueur de soudure ait le même niveau.
    C’est pourquoi une formation permanente et une expérience industrielle continue sont nécessaires pour tout soudeur.

    Une qualification insuffisante

    Faites attention aux spécifications et aux normes qui exigent une plus haute qualité de soudure que le soudeur doit atteindre par rapport à son test.
    Pour des structures dynamiques fortement chargées (ponts, grues, structures offshore), c’est souvent le cas et il faut alors faire appel à des soudeurs qui démontrent d’un plus haut niveau de qualification sur une structure complète par rapport à leurs qualifications sur 200 mm de longueur de leur pièce de test.
    Il s’agit heureusement d’exceptions.

    UN CODE DE BONNE PRATIQUE

    Même lorsque les normes et les règlements ne le prescrivent pas, le code de bonne pratique s’applique pour trouver des soudeurs suffisamment qualifiés.
    Celui qui connaît un peu la série de normes EN ISO 9606, va rapidement remarquer que, pour les qualifications des soudeurs, il ne faut pas toujours faire appel aux instances externes d’inspection.
    Pour de nombreuses applications, une entreprise peut désigner son propre évaluateur interne de qualifications de soudure.
    Cela permet déjà d’épargner pas mal de coûts.
    Ce petit investissement en soudeurs qualifiés doit être mis dans la balance par rapport aux risques d’employer des soudeurs non-qualifiés: coûts de production plus élevés, situations de travail dangereuses, inefficacité sur le lieu de travail et plaintes des clients. En bref, il n’y a aucune raison de ne pas qualifier les soudeurs.

    Source de l'article : Métallerie PGM
    Commentaires 1 Commentaire
    1. Avatar de Guts75
      Guts75 -
      article intéressant merci
  • Annonces Google

Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 03h18.
Propulsé par vBulletin® Version 4.2.5
Copyright © 2018 vBulletin Solutions, Inc. Tous droits réservés - All rights reserved.

DragonByte SEO, Member Map, vB Optimise, vBQuiz - vBulletin Mods & Addons Copyright © 2018 DragonByte® Technologies Ltd.
Site Technique Soudeurs.com Copyright © 2018 - Tous droits réservés - CNIL N°849398
vBulletin Skin By: PurevB.com